Avec l'aimable autorisation d'Api'Nature


 
Une méthode simple d’essaimage artificiel

par
Ambroise


Voici une méthode très simple d’accroissement du rucher pouvant être pratiquée sans connaissances spéciales par un amateur qui possède au moins deux fortes ruches. Nous faisons, en effet, participer deux colonies pour en obtenir une troisième afin de ne pas trop affaiblir la souche.

Ce procédé a l’avantage de créer des essaims, au début de la grande miellée, ce qui leur donne le temps d’amasser des provisions, contrairement à ce qui se produit généralement avec les essaims naturels.

Un autre privilège de l’essaimage artificiel est de couper le désir d’essaimage naturel. De cette façon, à l’époque normale de l’essaimage, on n’est pas rendu esclave par la surveillance quotidienne de son rucher.

Evidement, il y a un inconvénient, c’est qu’on ne peut avoir à la fois miel et essaims ; aussi les ruches traitées ne fournissent pas beaucoup de récolte cette saison-là ; excepté si l’année est favorable.

Pour faire un essaim artificiel, il faut opérer par beau temps calme, dans le courant d’une journée sans vent ni menace d’orage.

Prendre deux bonnes colonies riches en couvain et population appelées pour la clarté de l’exposé n° 1 et n° 2. Se procurer également une ruche vide avec des cadres garnis de cire gaufrée, se sera la n° 3.

Les cadres de cette dernière sont enlevés et placés sur le côté pour avoir un corps vide qu’on met près de la n°1. Enfumez copieusement la n° 1. Enlevez le premier cadre pour faire de la place et retirer un à un tous les cadres de couvain, sauf un contenant des œufs. Au fur et à mesure, brosser les abeilles pour les faire retomber dans leur ruche. Placer les cadres de couvain vides abeilles dans la n° 3 et dans le même ordre où ils se trouvaient primitivement au centre du corps de ruche. Compléter avec des cadres de cire gaufrée et un ou deux de miel. Mettre les cadres de cire gaufrée restant dans la n° 1 en remplacement des cadres de couvain qui viennent d’être enlevés. La refermer ensuite.

Enlevez la n° 2 de son emplacement après avoir légèrement enfumé l’entrée et la transporter à quelques mètres de là sans trop la secouer. Installer la n° 3 au lieu et place de la n° 2. C’est tout, l’opération est terminée.

Voyons à présent ce qu’il adviendra par la suite :

puce

Ruche n°1.- Elle à perdu son couvain, excepté un cadre et une partie de sa réserve de miel. C’est l’essaim artificiel proprement dit. Il possède la reine et toute les abeilles de la colonie primitive. Ces dernières vont construire les rayons que la reine s’empressera de garnir de ponte. Il amassera quelques provisions et n’essaimera probablement pas, ayant à bâtir tout le corps.

puce

Ruche n° 2. – C’est celle que nous avons déplacée. E le a donc perdu ses butineuses. N’ayant plus que de jeunes abeilles, elle n’aura pas une grande activité pendant quelques jours, et les provisions baisseront rapidement. L’éclosion quotidienne du couvain lui redonnera petit à petit une nouvelle vigueur. L’équilibre abeilles-couvain étant rompu au bénéfice de ce dernier, il n’y aura pas d’essaimage.

puce

Ruche n° 3.- Formée avec les cadres de couvain de la n° 1 et les butineuses de la n° 2 revenant à leur emplacement. Au retour des champs, les abeilles seront d’abord désemparées, ne reconnaissant plus l’odeur de leur ruche et ne trouvant plus de reine. Petit à petit, les nouvelles arrivantes remplissent la ruche , l’odeur est modifiée. Trouvant du jeune couvain, au bout de quelques heures elles commenceront à construire des cellules royales. L’agitation cesse et tout rentre dans l’ordre.

Cette dernière colonie peut donner un essaim secondaire si la population est forte. Il sortira environ deux semaines après l’opération. Si un essaim se produit, il vaut mieux le rendre à la ruche n° 3, qui l’a donné, pour ne pas trop l’appauvrir. Cet essaimage secondaire sera facilement évité en permutant la n° 3 avec la n° 2 huit jours après l’opération d’essaimage artificiel.

Peu, après, une reine éclôt, puis se fait féconder et peut pondre rapidement.

Nous ne pouvons que vous engager à pratiquer cette méthode simple et sûre pour l’accroissement rapide de votre rucher.

Ambroise